Vous semblez être situé dans .
Allez sur le site de votre marché Scania pour plus d'informations.
Luxembourg
région de vente
Production units

MOTEURS MARINS

Des conditions difficiles

Des moteurs fiables pour deux frères spécialisés dans la pêche au homard

Le secteur de la pêche au homard au large des côtes du Maine aux États-Unis est connu pour ses prises importantes et ses conditions difficiles. Des moteurs puissants et fiables font toute la différence entre profits et pertes mais aussi entre la vie et la mort.

Le homard américain, Homarus americanus, peut mesurer jusqu'à 65 centimètres et peser jusqu'à 20 kilos, ce qui fait de lui le crustacé le plus lourd au monde. On le trouve uniquement sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord, entre le Labrador et le New Jersey, et il est actuellement disponible en quantités phénoménales. L'année dernière, les 5 700 pêcheurs du Maine ont pêché jusqu'à 57 millions de kilos de homards.

La pêche au homard dans l'Atlantique Nord soumis à des conditions climatiques imprévisibles et orageuses comporte de nombreux risques. Les gros et lourds casiers à homards métalliques sont reliés entre eux et lorsque les bateaux avancent, le poids de chaque casier entraîne le casier suivant au fond de la mer froide et houleuse. Si la main ou le pied d'un pêcheur se prend dans la corde, il y a de fortes chances que l'équipement de pêche, qui pèse plusieurs centaines de kilos, l'entraîne vers le fond. Dans le Maine, on ne compte plus les histoires terribles de marins ayant eu des membres arrachés.

Un V8 pour aller plus loin

Les frères Chris et Jason Chipman sont réputés comme étant les pêcheurs de homards les plus doués du Maine. Chris utilise souvent son moteur Scania V8 de 800 chevaux pour aller pêcher sur les reliefs (plateaux et crêtes) s'élevant en mer, où peu de marins s'aventurent.

« Je pêche le homard depuis que j'ai six ans et je sais que c'est un métier très difficile et parfois dangereux » explique-t-il.

La pêche au homard est inscrite dans l'ADN de ces deux frères. Leur famille travaille dans ce secteur depuis des générations. Dans le petit port de pêche de Milbridge, les bateaux accostent régulièrement sur Chipman’s Wharf pour décharger le fruit de leur pêche, sortir et préparer à nouveau leurs casiers et refaire le plein de carburant, avant de repartir pour une nouvelle pêche.

Les deux restaurants locaux ferment tôt car la journée de travail de la plupart des habitants de la ville commence avant l'aube. Chris explique : « Si je me lève à 5 h 30, j'ai l'impression d'avoir perdu une partie de la journée. »

Personne ne sait vraiment pourquoi le nombre de homards a augmenté de façon si spectaculaire sur les côtes du Maine ces dernières années. Ceci est probablement lié à la hausse des températures de l'eau et à la sur-pêche de la morue, l'ennemi des œufs de homards.

Chute des prix

Pour les frères Chipman, l'abondance de homards signifie qu'ils doivent désormais passer plus de temps en mer. Comme l'offre en homards a augmenté, le prix au kilo a chuté pour les pêcheurs, qui doivent à présent pêcher en plus grandes quantités pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin de sortir rapidement des sites de pêche, des moteurs puissants sont nécessaires avec toujours plus de chevaux. Le V8 de Chris est son troisième moteur Scania et tout récemment, son frère Jason a commencé à utiliser son premier moteur Scania, un modèle 13 litres de 700 ch.

« Nos bateaux de pêche ont besoin de moteurs robustes et fiables pour la pêche au homard », explique Chris. « Un moteur qui tombe en panne c'est plusieurs jours d'arrêt, ce qui est un coup dur pour nous. »

Pour Jason également, la fiabilité d'un moteur est primordiale pour la pêche au homard dans le Maine.

« Si vous pêchez à 50 km des côtes, vous devez absolument pouvoir compter sur votre matériel », explique-t-il.

Jason possédait un moteur d'une autre marque qui nécessitait des réparations importantes, et il a préféré le remplacer. « J'avais le choix entre plusieurs nouveaux moteurs », avance-t-il. « Comme mon frère était très satisfait de ses moteurs Scania, j'ai voulu essayer moi aussi. C'était l'option la plus coûteuse, mais en même temps celle qui offrait la plus grande puissance. »