Vous semblez être situé dans .
Allez sur le site de votre marché Scania pour plus d'informations.
Belgique
région de vente
Production units

San­der­mans NV investit dans de nouveaux Scania :« Scania, c’est notre histoire familiale »

Neder-Over-Heembeek - La longue histoire de la collaboration entre Transport Sandermans à Ghlin et Scania compte régulièrement de nouveaux chapitres. Exploiter une flotte jeune fait quasiment partie de l’ADN de l’entreprise. Et cette flotte est exclusivement composée de Scania. « Une question de qualité des produits et du service », souligne la société. Présentation.
 

Sandermans Scania

En 2019, Transport Sandermans investit dans douze nouveaux tracteurs. Il s’agit ici de véhicules du type R410 équipés d’un moteur 13 litres SCR-only de 410 ch, d’une cabine-couchette R et de la boîte Scania Opticruise avec ralentisseur. Et une nouvelle commande d’une dizaine d’exemplaires a été placée pour 2020. Précédemment, en 2018, la société a mis en service 5 tracteurs du type S450 avec une cabine haute S20. Cette expérience a été à ce point positive qu’elle a immédiatement entraîné les commandes 2019 et 2020. « On peut nous qualifier de client satisfait », insiste Jean-Pierre Sandermans, directeur. « Mais aussi un client de longue date. Toute notre flotte, qui comprend une quarantaine de véhicules, est exclusivement fournie par Scania, ce qui en dit long. »

1922, année de création

« Sandermans est une société totalement familiale, créée en 1922 », explique Jean-Pierre Sandermans. « Et si au début, nous étions actifs dans les activités de déménagement, nous avons évolué dans les années ’60 vers le transport. Progressivement, une spécialisation est apparue. En l’occurrence le transport de cartons, surtout dans le Benelux. Mais aussi les produits chimiques sous température contrôlée, si ce n’est que cette dernière activité est exercée au niveau européen. On peut attribuer au hasard cette orientation vers l’ADR. L’arrivée dans la région d’AkzoNobel en a été la cause directe. En soi, l’ADR n’est pas un business facile, et c’est très bien comme cela. Il faut des équipements spécifiques, les chauffeurs doivent afficher de multiples qualifications, etc. Mais c’est bien. L’intérêt de ce cadre strict pour des raisons de sécurité est évident, mais cela génère aussi une conséquence commerciale importante : cela devient une niche de marché, ce qui réduit la concurrence. »

Branche logistique

Sandermans est une société de transport, mais aussi plus que cela. « Il y a quelques années, nous avons mis sur pied une activité logistique », explique Jean-Pierre Sandermans. « Concrètement, nous avons construit il y a cinq ans un bâtiment avec une superficie de stockage de 10.000 m2. Aujourd’hui, nous disposons de toutes les autorisations nécessaires pour un nouveau complexe sur ce site d’une superficie de 10.000 m2 à nouveau. Non pas que nous devions répondre à une demande spécifique d’un client, mais nous sentions qu’il y avait de la place pour ce type d’activité dans la région. La construction de ce bâtiment il y a cinq ans constituait un pari, même s’il était raisonné. Et ce fut un coup dans le mille. Nous savions que notre principal client dans le transport de carton allait s’installer dans le coin, ce qui était quand même un élément important dans notre décision. »

Flotte modernisée

« Le lien historique qui nous lie à Scania repose sur deux éléments importants », indique Jean-Pierre Sandermans. « Il y a la fiabilité du véhicule en tant que tel, mais tout autant du service. Les deux vont de pair et une marque ne peut se permettre de baisser le niveau d’exigence de l’un des deux. Le fait que ces deux aspects soient au top explique aussi pourquoi nous avons signé chez Scania pour le financement, les assurances et les contrats d’entretien. Ceci vous permet de budgéter aisément le coût de la flotte. Et en ce qui concerne cette flotte, elle est systématiquement renouvelée. En raison des conditions de circulation, nous effectuons aujourd’hui moins de kilomètres qu’auparavant. Nous ne pouvons pas changer grand-chose à cela. Pourtant, nous tenons à remplacer nos tracteurs après 5 ans d’utilisation, bien que nous n’atteignions plus la barre des 125.000 km par an comme auparavant. »

Rester vigilant

Sandermans est une entreprise au passé très riche, mais quel regard porte-t-elle sur l’avenir ? « Il est important d’être ouvert aux différents développements sur le marché. Inutile de se voiler la face : ce marché est sous pression, y compris au niveau européen. Certains grands groupes exercent une pression énorme. Mais il faut continuer à avancer, à chercher des opportunités. Exactement comme nous l’avons fait lorsque nous avons commencé à développer notre activité logistique. Finalement, c’est ça le véritable esprit d’entreprise. »