Vous semblez être situé dans .
Allez sur le site de votre marché Scania pour plus d'informations.
Belgique
région de vente
Production units

Le premier Scania de la flotte de Jtd-Trans

Neder-Over-Heembeek - Depuis cinq ans, Jonathan Devooght est à la tête de la société de transport éponyme établie à Wingene, une affaire qu’il dirige avec son épouse Annelies Cornelis. Ils exploitent une flotte de six poids lourds, souvent affrétés par différents types d’entreprise, allant de la société spécialisée dans le béton à celle active dans les transports frigorifiques. Le premier Scania 500S fait aujourd’hui son apparition dans la flotte de l’entreprise.
 

Scania Jtd-Trans

« J’ai grandi dans le monde du transport », lance d’emblée Jonathan Devooght. « Il s’agit d’une vraie tradition familiale qui remonte à mon grand-père. Il faut rendre à César ce qui appartient à César : l’idée d’intégrer un Scania dans notre flotte vient d’un de mes six chauffeurs. Par le passé, il avait déjà roulé avec un Scania et cela avait été une très bonne expérience. Evidemment, d’autres éléments ont aussi joué un rôle, comme le prix et la consommation qui m’intéressent particulièrement. »

Nous avons rencontré Jonathan Devooght la veille de la livraison de ce tout premier Scania, un moment palpitant. « La livraison aura effectivement lieu début de la semaine prochaine », confirme-t-il. « Mais le véhicule ne sera pas encore prêt à ce moment-là. Il faut encore y monter un compresseur pour souffler le ciment sec, ensuite une rampe lumineuse et il pourra prendre la route. »

Des standards élevés

« Personnellement, je ne l’ai pas encore conduit, mais bien mon collaborateur à qui il est destiné évidemment », poursuit-il. « Mon père a également assisté, il y a quelques années, à une démonstration chez Scania et a lui-même pris le volant. Tous deux étaient très élogieux quant à cette expérience. Le passage des rapports est très fluide, m’ont-ils dit. Et la tenue de route est excellente. Mon chauffeur est déjà fier de pouvoir conduire ce 500S de façon plus économique que ce n’est le cas aujourd’hui. J’aime le croire. Le but est quand même de l’exploiter 5 ans pour un kilométrage d’environ 500 à 600.000 km. »

« Vous savez, nous sommes assez fidèles en ce qui concerne les marques », souligne J. Devooght. « Dans le passé, j'ai parfois étudié la question de savoir si une transition graduelle n'était pas souhaitable. La conclusion était invariablement négative. Mais cette fois, c’est différent pour les raisons que je viens d’exposer. J’ai aussi l’impression que Scania a réalisé de gros progrès ces dernières années sur le plan des moteurs. »

Un contact fluide

« Le contact avec le concessionnaire a d’emblée été positif », souligne J. Devooght. « J’ai d’abord réalisé une simulation via le site de Scania et il n’a pas fallu deux jours avant que le concessionnaire de Torhout m’appelle. A titre informatif et sans exercer la moindre pression d’ailleurs. Après environ deux mois, une période pendant laquelle il a répondu à toutes mes questions, nous avons trouvé un accord. »

Jonathan Devooght a choisi de coupler l’achat à un contrat d’entretien Scania. « Une décision réfléchie », affirme-t-il. « Une nouvelle marque, c’est toujours une découverte. L’expérience accumulée avec la marque que nous utilisons depuis longtemps me permet d’effectuer les petites réparations moi-même. Mais avec Scania, le processus d’apprentissage commence à peine. »