Vous semblez être situé dans .
Allez sur le site de votre marché Scania pour plus d'informations.
Belgique
région de vente
Production units

G. Snel, Gilbert De Clercq, DVM Trans et De Neve s’unissent à Scania Vlaan­de­ren pour le LNG.

Neder-Over-Heembeek – Récemment, pas moins de quatre entreprises flamandes ont reçu avec fierté leurs nouveaux tracteurs Scania 4x2 fonctionnant au LNG. Tous les véhicules sont équipés du nouveau moteur à gaz de 410 ch, attendu depuis longtemps par de nombreux transporteurs. En plus de l’exclusivité pour ces clients, il s’agit également d’une percée pour Scania Vlaanderen, qui investit depuis de nombreuses années dans la transition vers des solutions de transport durables, devenant ainsi un pionnier au niveau national.

 

 

Véhicules de LNG

Choix commun pour le moteur LNG le plus puissant sur le marché

L’intérêt en Belgique pour le moteur à gaz Scania 13 litres de 410 ch, attendu depuis longtemps, n’a jamais été aussi grand depuis son introduction fin 2017. Cette tendance est maintenant confirmée par le choix déterminant pour ce moteur par quatre grands transporteurs flamands : G. Snel, Gilbert De Clercq, DVM Trans et De Neve.
Le grand frère du moteur à gaz 5 cylindres actuel de 9 litres, 280 ch et 340 ch, est un moteur Otto 6 cylindres en ligne avec allumage par bougie. Ce nouveau moteur à gaz de 410 ch offre un couple impressionnant de 2.000 Nm entre 1.100 et 1.400 tr/min et présente donc les propriétés et la traction d’un moteur diesel similaire. De plus, les moteurs à gaz les plus puissants peuvent désormais être combinés à la boîte de vitesses automatisée Opticruise, choisie par tous les clients.

Sven Beeusaert, CTO chez Gilbert De Clercq, explique : « Nous avons délibérément attendu le nouveau moteur de 410 ch. Nous avions vraiment besoin de moteurs avec plus de couple. Les moteurs Scania avec un couple identique à ceux des moteurs diesel nous ont offert les résultats souhaités. » L’entreprise de Temse, avec une flotte de 300 véhicules et des activités d’entrepôts en Belgique et en Slovaquie, est spécialisée dans le transport frigorifique, de bâches et de grand volume, et a récemment commandé quatre Scania du type R410 A4x2. Ces nouveaux tracteurs seront utilisés pour la distribution de matériaux de construction, surtout en Belgique, mais occasionnellement aussi à Paris.

Gert Snel, directeur de G. Snel Transport à Deinze, l’admet : « Nous avions appris, lors d’essais antérieurs avec des camions LNG que, même si c’était plat, nous manquions toujours de puissance. C’est la variation de puissance que nous attendions. De plus, nous faisons confiance à nos nouveaux Scania, car ils disposent des dernières technologies. » Snel Logistic Solutions, avec sa flotte de 200 véhicules, fournit un transport sur mesure à un large éventail de clients, et a récemment signé pour quatre tracteurs Scania G410 fonctionnant au LNG, qui fonctionneront de manière totalement continue dans un rayon de 300 km autour de Deinze.

DVM Trans de Dixmude a récemment acheté un premier tracteur NGS R410 A4x2 fonctionnant au LNG pour la collecte du lait. Le responsable, Dieter Vanoverberghe, explique : « En tant que transporteur, nous voulons vraiment agir pour l’environnement et contribuer à la réduction des émissions de CO2. La grande différence avec des véhicules diesel est que le véhicule roule très silencieusement. Nous effectuons beaucoup de transports de nuit chez les agriculteurs. Les agriculteurs nous disent qu’ils ne nous entendent plus. » Dans le segment du transport RMO (Rijdende Melk Ontvangst, Collecte de Lait), le choix du LNG était une étape logique : « Nous faisons partie de la chaîne naturelle et, avec notre image verte, nous voulons contribuer à une nature saine et à un air pur, non seulement à la campagne, mais aussi au-delà. »

Peter De Neve, à propos de son tracteur R410 A4x2 fonctionnant au LNG récemment livré : « Pour nous, le nouveau Scania était immédiatement notre premier NGS. Les chauffeurs sont satisfaits du moteur puissant et silencieux, et surtout du confort de la nouvelle cabine NGS. » Gilbert De Clercq indique également qu’il ne s’agit pas que de la fidélité à la marque et de la standardisation de longue date de la flotte : « Nos expériences avec le Scania Next Generation roulant au diesel, surtout en termes de qualité, sont super bonnes. Les conducteurs qui ont effectué les essais avec le nouveau Scania ont été immédiatement enchantés. L’expérience de conduite était en particulier inégalée, de même que le confort et la finition de la cabine. Au final, cela nous a incités à retravailler avec Scania, en partie grâce au prix correct. Nous sommes convaincus à 100 % qu’avec le LNG également, Scania continuera à être notre partenaire à l’avenir. »

Moins de CO2 et très silencieux

L’intérêt croissant suscité par le LNG montre que l’industrie des transports est actuellement en transition vers des solutions de remplacement à l’utilisation de combustibles fossiles. L’utilisation de gaz naturel liquéfié ou de biométhane entraîne une réduction de 15 à 20 % des émissions de CO2. Avec le biogaz, il est même possible de les réduire de 95 %. En plus de réduire les émissions, un camion LNG est également beaucoup plus silencieux. Les nouveaux moteurs au gaz Euro 6 Scania répondent aux normes de bruit PIEK, ce qui signifie un niveau de bruit inférieur à 72 dB(A). Peter De Neve, de De Neve BVBA à Ninove : « Nous livrons souvent dans les centres-villes, pour lesquels le moteur à gaz propre et silencieux est la meilleure solution, surtout lorsque les normes deviendront plus strictes dans le futur. »

Les quatre transporteurs indiquent que les considérations écologiques sont la principale raison de leur achat de LNG.
Gert Snel approuve cette décision : « La responsabilité sociale des entreprises est l’une de nos valeurs fondamentales, nous sommes vraiment en train de l’appliquer. Le LNG en tant que carburant durable en fait partie. Ce n’est plus un pari, ce n’est plus un test, mais un choix conscient pour le LNG. »
Sven Beeusaert de Gilbert De Clercq indique également que leur vision de l’entreprise a été déterminante sur le plan écologique : « Nous croyons fermement en l’investissement dans des solutions vertes. Nous avons déjà reçu notre label « Lean and Green » et nous avons déjà confirmé notre engagement à réduire les émissions de CO2 de 20 % en cinq ans. Nous travaillons également sur les transports les transports éco combi et et les parcs solaires dans tous nos entrepôts. Nous voulons vraiment rester précurseurs et ne pas attendre. Il est de notre devoir de jouer un rôle de pionnier dans ce domaine. » Beeusaert explique que l’entreprise a pris la décision de passer au LNG pour l’ensemble du parc de tracteurs belges afin de remplacer structurellement les véhicules diesel actuels. « Nous suivons de près les évolutions du marché et examinons avec un grand intérêt les nouveaux projets, tels que la création d’une usine de bio-LNG par Scania, Shell et Iveco. »


Les chauffeurs

Les nouveaux tracteurs LNG circulent depuis quelques semaines maintenant et il est temps de procéder à une première évaluation. « Au départ, les chauffeurs avaient des réserves, mais des commentaires positifs ont rapidement suivi », explique Dieter Vanoverberghe.
Gert Snel ajoute : « Il faut un certain temps pour s’habituer aux caractéristiques du moteur à gaz, qui impose de tourner à régime plus élevé pour obtenir la force de traction souhaitée. Mais les réactions sont maintenant très positives. » Les quatre clients sont unanimes pour dire que la nouvelle génération de Scania, introduite en 2016, est très appréciée.

Un réseau LNG en croissance

L’importance des moteurs à gaz croît rapidement en Europe en raison de la disponibilité croissante de LNG via un réseau de distribution en expansion. Outre les premières stations belges de LNG à Veurne et à Kallo, des stations ont également été ouvertes à Ninove, Lokeren et Louvain (Heverlee). Sept autres stations publiques de LNG sont prévues pour 2019 : Anvers, Rekkem, Maasmechelen, Zaventem, Heverlee et Tessenderlo. La Wallonie va bientôt suivre avec des points d’approvisionnement dans les provinces de Liège et du Hainaut.
Peter De Neve : « Le facteur décisif a été l’ouverture d’une station-service LNG ici à Ninove. Nous pouvons maintenant faire le plein à côté de l’entreprise de notre client. En termes de logistique, tout est centralisé, on ne peut rêver d’une meilleure localisation. » Avec une flotte de vingt véhicules, exclusivement Scania, De Neve BVBA effectue principalement des transports pour les supermarchés Delhaize.
G. Snel et Gilbert De Clercq ont également déclaré que le développement du réseau de LNG était décisif pour le passage au gaz liquide. « Nous attendons encore le déploiement des possibilités de ravitaillement en carburant dans les pays voisins pour remplacer également les véhicules qui roulent à l’international par des véhicules au LNG. Actuellement, cette étape n’est pas encore réalisable. À notre avis, la baisse récente du taux MAUT en Allemagne entraînera une explosion du nombre de stations-service au gaz en Allemagne. Cela ne peut que nous aider. » déclare Sven Beeusaert.
Dieter Vanoverberghe de DVM est satisfait de la croissance du réseau de distribution de LNG, mais considère que la politique a un rôle de soutien à jouer : « C’est dommage que la Belgique ne s’inspire pas de la tarification au kilomètre comme en Allemagne avec le Maut. Il faudrait faire pression pour obtenir une réduction supplémentaire pour les véhicules au gaz par rapport aux véhicules diesel Euro 6 existants. Ainsi, une conduite respectueuse de l’environnement pourrait être réellement encouragée. »

Contrairement au CNG (gaz naturel comprimé), le LNG, qui est liquéfié à une température de -162°C et 1 bar, a une densité beaucoup plus élevée et occupe 600 fois moins de volume que le gaz naturel gazeux. C’est précisément ce stockage plus efficace, combiné aux intervalles de maintenance prolongés dans les NGS (45 000 km), qui fait du gaz naturel une solution intéressante pour le transport sur de longues distances. Tous les tracteurs fournis sont donc équipés d’une occupation double citerne, ce qui augmente la portée de l’ensemble tracteur-remorque de 40 tonnes à 1 600 km.

L’Ecologieprime+ est désormais demandée pour tous les tracteurs LNG fournis. Grâce à ce programme de subventions du gouvernement flamand, une société peut demander une subvention pour l’investissement supplémentaire dans le LNG, en fonction de sa taille et de son type. « Il s’agit bien sûr d’un plus qui nous a donné une impulsion importante pour virer de bord et faire le choix du gaz », explique Peter De Neve.

Scania

Tous les véhicules ont été achetés avec un contrat d’entretien Scania et iront pour un entretien régulier dans les ateliers de Drongen, Torhout, Hamme et Ninove. Peter De Neve explique : « La fidélité de notre marque est principalement due au bon service que nous recevons de Scania à Ninove, qui tient non seulement à la bonne entente que nous avons avec les collaborateurs locaux, mais aussi à la confiance que nous avons dans l’atelier. » Les sons de cloche des autres chefs d’entreprise sont identiques.
Herwig Varendonck, directeur régional de Scania Flandre, s’efforce depuis des années d’être un pionnier en Belgique dans la transition vers des solutions de transport durable. « Nous avons beaucoup investi, entre autres, dans la formation de techniciens et dans l’adaptation de nos ateliers, de manière à pouvoir effectuer la maintenance des camions au gaz naturel. Trois ateliers ont déjà été certifiés et la procédure pour le quatrième atelier est en cours, nous sommes donc prêts pour l’avenir. C’est un formidable élan de voir nos efforts récompensés maintenant. » Mais les clients également ne restent pas immobiles et regardent vers l’avenir. Les véhicules LNG de Gilbert De Clercq seront en premier lieu entretenus chez Scania à Hamme. « Nous sommes actuellement en train de certifier notre propre atelier afin que nous puissions également faire l’entretien des véhicules au gaz. Si nous voulons convertir notre flotte au LNG, c’est une étape nécessaire que nous devons franchir. »