Silence, on roule !

Spécialiste de la logistique chantier, La Boîte X inaugure la technologie hybride de Scania avec 2 porteurs P 360 6x2*4 dédiés à la dépose, la ramasse, le tri et la valorisation des déchets de chantier. Une activité en devenir guidée par des échéances environnementales et l’engagement durable de ses dirigeants. Silence, on s’active sur le chantier…

À Paris, non loin du Grand Palais, le Scania 6x2*4 hybride de 360 ch s’insère avec souplesse dans la circulation de l’avenue des Champs-Élysées. Son conducteur Yoann Cateigne dresse un bilan satisfaisant de son nouveau complice de travail : « Ce porteur Scania hybride propose une belle alliance entre le thermique et l’électrique qui le rend très agréable à conduire, avec beaucoup de couple », explique-t-il.

 

Ce 26 tonnes, 3 essieux dont deux directionnels, d’une longueur de 10 m a été conçu pour le fret urbain : « La batterie se recharge en roulant, pendant les phases de freinage et lorsque l’accélérateur est relâché. Je peux aussi activer la recharge forcée en roulant si j’ai besoin de charge », sourit-il. Avec 15 km d’autonomie en tout électrique, le porteur surprend par sa discrétion.

 

« C’est idéal pour accéder aux chantiers sans bruit ni pollution, comme ici sous la verrière du Grand-Palais ». D’autant que son entreprise, La Boîte X, opère intra-muros, sur la petite et grande couronne parisienne. Aussi, les dirigeants sont particulièrement soucieux d’anticiper les futures règles de circulation urbaine comme les ZFEm (Zones à faibles émissions mobilité).

Le Scania P 360 est équipé de 3 essieux dont 2 directeurs ce qui le rend très maniable, même sur les chantiers étroits comme ici au Grand Palais à Paris.

Spécialiste de la logistique chantier

Anciennement Betty Poub’, aujourd’hui renommée La Boîte X, la société compte parmi les dix entités du groupe Louange. « Un groupe en expansion », souligne son dirigeant et fondateur, Nicolas Surugue. Tel un défricheur, lorsqu’il a créé l’entité en 2011, il décide de s’intéresser à la logistique sur chantier. « Les intervenants opéraient dans leur coin avec des flux d’entrées et sorties de matériels ou de matériaux désorganisés. J’ai proposé un modèle inédit en construisant des plannings de livraison, d’accès aux monte-charges, en posant des bennes pour trier à la source sur chantier… On a commencé sans jamais lâcher l’idée d’origine : faire tout en propre », explique-t-il.

 

Si l’activité est récente, le groupe s’est renforcé au fil des besoins qui apparaissaient : la sécurité sur chantier, l’embauche du personnel, les systèmes informatiques, l’exécution des travaux, la vente et la location de matériel, la gestion des parcs engins, le transport, le tri sur chantier et la valorisation des déchets… à chaque besoin, l’entrepreneur a accolé une entité, parvenant en une décennie à opérer sur l’ensemble de la filière logistique.

Avec une autonomie de 15 km en tout électrique et un système de rechargement au roulage, le Scania peut évoluer dans Paris sans bruit ni pollution.

« Nos entités travaillent ensemble, chacune sur leur activité dédiée. Cela nous a amenés à faire évoluer nos cibles commerciales : des entreprises de BTP aux promoteurs. On prend ainsi en charge l’ensemble de la prestation logistique engageant nos métiers sur des organisations plus complexes », note-t-il.

Test grandeur nature

Tandis que l’hybride Scania rallie le chantier de l’hôtel Pullman, près de la gare Montparnasse, Yoann, son conducteur, bascule en mode électrique : « Je viens déposer du matériel, des bacs vides et collecter les pleins », explique-t-il. Sur son hayon équipé d’un système de pesage embarqué, les réceptacles sont enregistrés.

 

« Poids, type de déchets, les informations sont envoyées en temps réel au client », indique Julie-Charlotte Manteaux, directrice de La Boîte X qui rebondit : « aujourd’hui on veut améliorer notre prestation sur le tri, la rotation des bacs (les boîtes X) et des camions, la traçabilité. Pour limiter les kilomètres à vide, nous avons développé le principe du double fret ou reverse. Le camion achemine sur chantier le matériel de nos clients que nous stockons sur notre base arrière d’Argenteuil (95) », détaille-t-elle.

Réhabilitation de la tour Pleyel à Saint-Denis (93) dans le cadre des JO 2024 de Paris. Le maître d’ouvrage, Pangéa, a fait appel au groupe Louange pour la logistique chantier.

« L’expérimentation de notre modèle nous amène à tout chiffrer : les coûts, les économies de carburant, les diminutions d’émission de CO2… Le système de double fret, par exemple, économise 500 camions par an sur les routes », précise Nicolas Surugue. Si la loi impose aujourd’hui aux entreprises du bâtiment un taux de valorisation des déchets de 75 %, La Boîte X affiche une moyenne de 88 % par chantier.

 

Au-delà du tri, il s’agit aussi de prendre un temps d’avance. « En 2023, une nouvelle loi viendra appliquer une taxe aux entreprises qui n’organisent pas au moins cinq flux de déchets sur leurs chantiers, ce que nous faisons déjà. Plus largement, des labels existent qui prennent en compte le choix des matériaux, la valorisation, les émissions de CO2. Nous travaillons sur tous ces sujets », reprend Nicolas Surugue.

 

La Boîte X a placé le transport au centre de sa stratégie. Le choix de porteurs hybrides s’inscrit dans cette perspective ; outre l’engagement sur l’électrique, l’équipement imaginé avec le carrossier permet un transport propre des déchets déjà triés, une pesée des bacs en temps réel, l’envoi d’un bon digitalisé directement au client grâce au logiciel Dizzy développé par le groupe.

 

« Dès le début de notre activité, j’ai déposé cinq bacs sur les chantiers évoluant avant l’heure vers le tri sélectif. Nous continuons à affiner la traçabilité des déchets où le bon d’exutoire (de la filière de valorisation) doit correspondre aux pesées réelles. In fine, l’objectif est de proposer dans deux ans une prestation opérante et moins chère qu’une prestation sans tri aujourd’hui, et pourquoi pas d’appliquer ce modèle aux particuliers, aux collectivités en passant par une plateforme », affirme le dirigeant. Traçabilité, digitalisation… avec La Boîte X, la logistique des déchets de chantier emprunte une voie inédite, loin de l’image d’Épinal des bennes débordant de déchets en tout genre.

Scania partenaire de développement

« Lorsque Nicolas Surugue est venu nous interroger sur la technologie hybride, je l’ai orienté vers d’autres alternatives, arguant de notre manque de recul, et surtout de l’arrivée prochaine de technologies électriques plus abouties », indique Fabien Mellot, chef de région Scania France. En réponse, Nicolas Surugue insiste et s’engage non pas sur un, mais sur deux porteurs Scania 360 ch hybrides.

 

« Je voulais être le premier à expérimenter l’électrique dans le cadre de notre offre de services », réagit-il. Ces porteurs Scania de 360 ch combinent un moteur thermique, compatible avec les diesels synthétiques (HVO-xTL) et le biodiesel tel que le B100 pour être vertueux jusqu’au bout, à une batterie électrique traction générant une puissance de 130 kW soit 177 ch.

Chargement de 18 bacs dans le Scania équipé d’une carrosserie Pioger à double plancher. Ces bacs de tri sélectif (660 l) ont été spécialement développés pour être manoeuvrés par les engins de chantier.

Guidé par son projet durable, le dirigeant a souhaité adapter sur le véhicule un système de caisson jusqu’alors utilisé pour les déchets hospitaliers ; le transport est propre avec le système de double plancher qui permet de glisser 18 boîtes X par étage. Les tournées sont optimisées, les ruptures de charge évitées.

 

« J’ai décidé de me lancer dans ce challenge avec Scania, car le constructeur est sérieux, ses produits fiables », confie-t-il, convaincu du bien-fondé de son modèle, lui qui vise l’intégration d’une chaîne de tri et l’expansion de son parc véhicules. Pour l’heure, Yoann au volant de son Scania hybride savoure le silence en cabine, pas de bruit de moteur, juste le souffle léger d’une brise d’hiver. « Quel plaisir à conduire ! », ponctue-t-il.

Chiffres-clés

Groupe Louange

  • 25 millions d’euros de CA en 2021, et prévisionnel de 40 millions d’euros à août 2022
  • 300 salariés
  • 10 entités : Logisur, Logisecu, Logilys, Idea’Log, Metudis, Lem’bat, La Boîte X, Delgenium, Plan sécu, Wazabat
  • 3 sites : Argenteuil, Nanterre et Lyon
  • 4 camions, dont 2 porteurs Scania P 360 hybrides double plancher et 1 Scania Ampliroll grue

Autres actualités Scania

Vous êtes curieux ? Ça tombe bien !

Nous publions régulièrement des actualités aux sujets variés dans le domaine du poids lourd.

Restez connecté…