La révolution ZFE

Face aux défis environnementaux, le monde du transport doit composer avec de plus en plus de limitations de circulation en centre-ville, comme l’illustre le déploiement des Zones à faibles émissions (ZFE). Au cœur de cette transition, comment anticipent et s’adaptent les équipes de Scania pour accompagner ces mutations ?

Qu’il s’agisse de la circulation automobile individuelle ou de celle des transporteurs, les règles changent ! Damien Pichereau, député de la Sarthe et vice-président de la Commission du Développement durable et Aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, justifie la nécessité de ces dispositions qui interdisent progressivement l’accès aux villes aux véhicules les plus polluants : « Nous constatons que dans les centres urbains, les métropoles notamment, la qualité de l’air est vraiment mauvaise. Il y a une nécessité d’agir très rapidement. La loi d’Orientation des Mobilités, votée en décembre 2019 avec une application en juillet dernier, a apporté une première réponse avec la mise en place des Zones à faibles émissions (ZFE). Cependant, il convient de noter qu’il ne s’agit pas de mettre les villes sous cloche ! Les élus locaux peuvent déterminer les territoires où ces ZFE sont nécessaires : au niveau d’une rue, d’un quartier ou de l’hypercentre d’une ville… »

Pour accompagner la transition, Scania aménage son réseau et met en service des bornes de recharge électrique adaptées à tous types de véhicules.

Regarder dans la même direction

Si les métropoles de Paris, Lyon et Grenoble ont d’ores et déjà déployé des ZFE, l’Assemblée nationale entend accélérer ce mouvement : « Dans le projet de loi Climat, la décision a été prise d’étendre ces ZFE à toutes les villes de plus de 150 000 habitants en 2025, confirme Damien Pichereau. Certaines agglomérations travaillent à leur application dès 2022, 2023, ou 2024. Chaque élu peut en décider, et nous souhaitons qu’ils aillent à la rencontre des professionnels et de toutes les parties prenantes concernées par leur mise en place. Cela me semble nécessaire afin que l’acheminement logistique des marchandises dans les centres urbains reste fluide. » Certaines métropoles telles que Aix-Marseille-Provence, Nice-Côte d’Azur, Rouen Normandie, Toulon-Provence-Méditerranée, Montpellier Méditerranée ou Toulouse, ont ainsi lancé des études préalables à leur mise en place. Le dialogue entre les différentes parties prenantes est d’autant plus important que la réponse aux défis posés appelle des investissements lourds de la part de tous les acteurs. « Pour envisager la transition énergétique, il faut déployer les infrastructures relatives à ces nouvelles énergies telles que les bornes électriques, les stations de recharge de GNV ou d’hydrogène, poursuit Damien Pichereau. Sans échange avec les parties prenantes, notamment celles qui permettent le transport routier de marchandises, je crains que la dynamique soit ralentie. »

 

Scania, force de propositions

Membre du groupe d’études sur les véhicules terrestres de l’Assemblée nationale, Damien Pichereau note le travail entrepris par les constructeurs : « En 2018, lorsque j’ai rédigé mon rapport sur la mobilité, nous avions constaté que les constructeurs n’étaient pas au rendez-vous. Très peu d’énergies alternatives étaient alors proposées. Il y avait un peu de GNV ici ou là, mais ce n’était pas vraiment développé. Aujourd’hui, le constat est totalement différent. L’offre s’est diversifiée et la transition est désormais possible grâce aux énergies telles que le GNV, avec l’électrique, grâce aux véhicules hybrides, voire avec l’hydrogène qui va bientôt arriver. » Leader en matière d’offre de solutions de transports durables, Scania est au cœur de cette transformation et continue d’investir en faveur d’un transport décarboné. Le constructeur propose d’ailleurs, d’ores et déjà, la gamme de solutions alternatives la plus large du marché ! En complément des modèles permettant de rouler au gaz naturel ou avec des biocarburants (biodiesel, ED95, HVO), l’électrification de la gamme a commencé avec l’introduction de véhicules hybrides ou même 100 % électriques à batteries.

Intervenir sur les véhicules hybrides et électriques requiert des connaissances spécifiques. Les techniciens ont ainsi débuté leurs formations en octobre 2021.

« L’offre s’est diversifiée et la transition est désormais possible grâce aux énergies telles que le GNV, avec l’électrique grâce aux véhicules hybrides, voire avec l’hydrogène qui va bientôt arriver. »

Damien Pichereau,
député de la Sarthe et vice-président de la Commission du Développemenrt durable et Aménagement du territoire à l’Assemblée nationale

Parallèlement à la commercialisation de ces nouveaux produits, Scania adapte son réseau. Le site de Strasbourg Nord, à Reichstett, est ainsi le premier à mettre en service des bornes de recharge électrique adaptées à tous les types de véhicules : poids lourds, autocars, autobus, utilitaires légers et voitures individuelles. Les sites de Paris, Bordeaux, Lyon et Angers en seront eux aussi bientôt équipés et tous les nouveaux centres Scania anticipent une telle installation en prévoyant des fourreaux souterrains pour le passage des câbles. Pour accompagner ce déploiement, il était donc nécessaire de préparer les équipes aux spécificités des véhicules électriques et hybrides.

C’est dans cette dynamique que Scania a investi sur des formations dédiées qui ont débuté au mois de novembre. Fin connaisseur du monde des transports, Damien Pichereau est persuadé que ces nouveaux produits rencontreront leurs publics auprès des professionnels. « Les ZFE ou la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) dont le remboursement est amené à diminuer vont accélérer les choses. Les usagers vont devoir passer à ces nouvelles énergies. » Il complète : « je ne peux pas présager de ce qui se passera au-delà de juin 2022, mais j’espère qu’il y aura toujours des mesures d’accompagnement, que ce soit avec du suramortissement ou des bonus, tel que celui de 50 000 euros que nous avons mis en place cette année pour les véhicules électriques. Il nous faut accompagner cette transition, comme on l’a fait sur le véhicule léger. »

En complément de la formation de ses équipes, Scania propose de former ses clients pour une utilisation optimale de leurs véhicules.

Autres actualités Scania

Vous êtes curieux ? Ça tombe bien !

Nous publions régulièrement des actualités aux sujets variés dans le domaine du poids lourd.

Restez connecté…